Camille, 37 ans, née à Nice (06), habite à Nice (06), Employée à la Métropole Nice Côte d’Azur après 12 ans dans une communauté de communes de la vallée de la Tinée

Camille (NH-DR)

Camille (NH-DR)

« La rencontre avec mon fils après ces 9 mois à l’attendre, à l’imaginer, à croiser les doigts en espérant que tout se passerait bien reste mon plus beau souvenir… C’est un instant magique, il me tardait tant de le ‘rencontrer’… »

/Mon petit bonheur/ « Ce qui me rend heureuse dans la vie : un beau film qui m’émeut et qui me fait croire en l’avenir de l’Homme… Et bien sûr les sourires de ceux que j’aime ou de ceux que je ne connais pas d’ailleurs !!!! » ‪#‎mpb‬

/Ma plus grande préoccupation/ « Les temps sont durs pour les sensibles… Quand on regarde ce qu’il se passe autour de nous, ça donne envie de s’enfermer à la maison et de n’en plus sortir : la mort d’Hervé (Gourdel), les milliers de femmes, d’hommes qui meurent chaque semaine en Méditerranée, les gens privés de liberté au nom du pouvoir et de la domination… Tout cela m’effraie car je croyais en l’Homme et que tout cela vient sérieusement attaquer mes convictions !!!! » ‪#‎mpgp‬

/Avant de mourir, je voudrais/ « Laisser une trace, si petite soit elle !!!! Me dire que j’ai apporté ma pierre à l’édifice d’un monde meilleur… Hormis ces grandes théories, j’ai toujours rêvé d’aller voir les pôles… Pas gagné, je suis déjà super frileuse en habitant Nice… » ‪#‎adm‬

/Message à faire passer/ « ‘Il ne faut pas de tout pour faire un monde, il faut du bonheur et rien d’autre’ – Paul Eluard !!!
Respectons-nous, indignons-nous (comme nous invitait à le faire Hessel), ne lâchons jamais une parcelle de notre liberté, aimons-nous… » ‪#‎mfp‬

Lamya Essemlali, née en 1979 à Gennevilliers (92), habite à Paris, militante écologiste et présidente de l’association Sea Shepherd France depuis 2008 #seashepherd

Lamya Essemlali (NH-DR)

Lamya Essemlali (NH-DR)

« J’ai toujours eu une sensibilité envers les animaux. Le point déterminant dans mon engagement a été la rencontre avec Paul Watson. Je me suis reconnue dans son discours, il met en mots et traduit en actes ce que je ressens. Mon plus beau souvenir est avec Sea Shepherd. C’était en Antarctique le jour de noël 2005. Nous étions à la recherche du baleinier japonais Yushin Maru. Il y avait une houle de 8 mètres de haut, le bateau nous fonçait dessus. Il fallait virer de bord pour l’éviter, Paul Watson nous disait ‘Non, on ne bouge pas. Si on bouge autant rentrer à la maison’. Les sirènes du Yushin Maru retentissaient pour nous faire bouger et on nous annonçait une collision dans deux minutes. On pensait que c’était terminé. A la dernière minute, le bateau a viré de bord, c’était incroyable ! Un peu d’angoisse, mais aucun regret. »

/Mon petit bonheur / « Il y a plein de petits bonheurs mais si je dois en choisir un, ce serait de passer du temps avec les gens que j’aime … Que ce soient des humains ou pas d’ailleurs. » ‪#‎mpb‬

/Ma plus grande préoccupation/ « Ma plus grande préoccupation serait d’essayer de ne pas me tromper de chemin. J’aimerais, en me retournant sur ma vie, me dire que globalement j’ai fait les bons choix. J’aimerais être en paix avec moi-même au moment de ‘ma sortie’. » ‪#‎mpgp‬

/Avant de mourir, je voudrais/ « Je me sentirais accomplie si j’ai le sentiment d’avoir joué ma part dans ce destin commun. Ce chemin est en construction, on verra où j’arriverai à la fin. » ‪#‎adm‬

/Message à faire passer/ « Il faut s’écouter. Essayer de vivre sa vie en adéquation avec ses convictions. Cela peut sembler simple comme ça mais très peu de gens le font et je pense que c’est à l’origine de beaucoup de névroses individuelles et collectives, on ne s’écoute pas assez. On est dans une société qui nous formate pour nous dire ce qui est bien pour nous ou pour la planète, qui nous fait croire que le bonheur c’est telle ou telle chose, alors que souvent, quand on y réfléchit, on a déjà tout. » ‪#‎mfp‬